Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

öu Prince Titi. iii ittantine, on aauroit qu\ï örer les bougies, Sc le vin agité dans ce verre, au milieu de 1'obfcurité, y devieiidroir un phösfore plus lumineux que quelque phosfore que ce foir. Cependant, continuac-elle en s'adreflant a Forteferre, je veux vous donner ce gobeler, fire , & de plus y attacher la propriété, que fi vous aviez foif & que vous n'euifiez tien a boire, il s'emplira de la liqueurque vous fouhaiterez, vousn'aurez qu'a vouloir. Mais il me faut une condirion, pourfuivit-elle; vous ne voulez pas me promettre de n'être plus colere, promettez-moi du moins que lorfque vous vot.s fentirez ému d'une paffion fi dangereufe & fi pen féante a un roi, permettez-moi de dire, que quoiqu'on l'ait appelée une folk de peu de dure'e, les funeftes fuites en peuvent être irréparables, promettez-moi, dis-je, fire, que lorfque vous vous trouverez ému de cette paiïion, votre majefté ne dira, ni ne fera rien qu'après avoir fait emplir ce verre Sc I'avoir bu. Oui, je vous !e promets, grande fée, répondit Forteferre , -je le dois moins encore a ce préfent qua vos bontés. Mais me le promettez-vous bien, reprit Diamantine? Oui bien, Sc eomptez que je n'y manquerai pas1, ajouta Forteferre. Je dois me fier a la paiole d'un grand roi, reprit la fée, VoiU ce gobeler, fire, j'ofe vous alFurer qu'il n'y en a point de pareil dans tout 1'univers, gardez-!e, «Sc qu'il vous

Sluiten