Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

114 HtSTOIRE

a reen. le jour. Dites plutot, fire , répondit Bibi, que c'eft puifque ies deux plus grands rois de 1'univers l'ont honorée de leur préfence. Cependant on s'approcha de la petite maifon, on en toucha les muraiües qu'on rrouva en effet couvertes d'un criftal épais , depuis !e pied jufques au fommet, comme d'un vernis incqrruptible. On en fit le tour, on la rrouva de même par-tout. Que de prodiges , s'écria Forteferre ! Quelque chofe que j'eufle ouï dire du pouvoir des Fces, je ne 1'avois jamals cru. Et quoiqu'en vous voyant, madame, dit-il a Bibi, on doive croire que par - tout oü vous êtes c'eft le pays des merveilles , je ne puis m'empêcher de dire qu'il faut vous voir, Sc voir ce que je vois, pour le croire.

Les deux rois conduifirent les princeffes dans la chambre qu'on leur avoit préparée. Bibi de.voit coucher dans celle de fa mère ; mais Gracilie Sc Blanchebrune demandetent avec tant d'inftance qu'on ne les féparar point de Bibi, qu'on all-a chercher fon lit pour le mettre dans la chambre des princeffes. Les deux rois eurent aufli une chambre oü 1'Eveillé coucha. Les deux dames d'honneur en eurent une autre pour elles feules , Sc comme la quatrième étoit celle de madame Abor & de fon mari, ce qui avec une cuifme Si une dépenfe compofoit toute la pe-

Sluiten