Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

IIO HlSTOIRB

mais il fauroit accufé de mauvais goüt & d'irt* juftice, & gare encore la fenêrre. II n'y avoir qu'un moyen d'échapper , c'eft que le prince eut ceflé !e premier de 1'aimer; encore auroit-U faHu qu'elle elit foulTerr fa difgrace avec beau< coup de réfignation, qu'elle eür refpeclé fes plaifirs; car li elle 1'eüt troub'.é par fes plaintes , gare encore ia fenêtre. Vous êtes bien méchante, madame , dit Gracilie , k I'égard du roi qui vous aime fi parfiitement, que je fuis fure qu'il ne tiendroit qu'a vous de le convertir tout-a-faic fur le chapitre de 1'amour ; je ne gagerois pas même que la conyerfion ne füt déja dans le cceur. Vous voulez , en m'iuquiétant, vous venger, répondit Blanchebrune, de ce que je vous ai parlé fianchemenr. Je fais que Ie roi votre père rn'honore cs beaucoup d'amitié , & que j'tn fuis fi flattée , que je me propofe de travailler toute ma vie a. m'en rendre digne. Mais je vous afhue que je craindrois autant fon amour , que j'ambitionne 1'honneur de fon eftime. En véricé , je crois pourtanr, ajouta Gracilie , qu'il fent pour vous quelque chofe de plus que de lamitié , 8c que yous avez grande part a ce voyage. Comment cela s'accotderoit-il, demanda Blanchebrune , avec les prévenrions oü il eft contre 1'amour ? Je fuis perfuadée , reprit Gracilie, que fon ccsur y léfiftera roujours, quand il ne.j'oiirifa

Sluiten