Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Il8 H* 1 S T 6 I R E

qui j'ai fait dcfendte en même tems de fe mêler d'aucune affaire, patce qu'ils vouloient s'ingcrer de me donner des confeils, & qu'ils s'intriguoient pout faire obtenir des graces a ceux qui les follicitoient,je veux bien qu'on propofe, mais non qu'on follicite. Et je vous dirois la-deffusce que j'ai fait, dit-il, en s'adrelfant a Titi, fi les nouvelles que ce courier vous apporte ne vous intéreffoient davantage. Je ne fais pas a quel point elles doivent m'intéreffer, répondit Tui, mais je iais bien que tout ce que vous faites m'intéreffe beaucoup, & que je vous ferai fouvenir de m'apprendre ce que 1'arrivée de ce courier nous empêche de favoir. Dans ce moment, Abor préfentoit a Titi le paquet qüe le courier venoit de tui remettre. On rentra pout 1'ouvrir, toute la compagnie étant bien curieufe de favoir la nouvelle que Diamantine avoit annoncée fans la dire.

Auprès de la province, dont Triptillon fe voyoif maïtre, il y a une fouveraineté confidérable qu'on a nommée le duché de Félicie, a caufe de fa fituation heureufe, la fertilité de fes terres & 1'abondance de fes mines dor. Elle eft arrofée de deux grands fieuves, qui trouvent a leurs-embouchures deux pons, les plus vaftes & les plus fürs de toute cette partie de la mer. Elle tient du coté du nord aux états du roi de Courfinababa. Elle a i 1'orient la principauté de Hopeyaïne, apparte-

nante

Sluiten