Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

jja Histoirï

ceffe de Blanchebrune & le chaufla; elle conrut enfuite, &c revint ferme fur fes pieds & droite comme un jonc. Si le jour avoit été plus grand , on auroit pu remarquer fur les vifages de tous ceux qui étoient préfens, un petit mélange de joie & de furprife. Quoiqu'on ne doutat point de la fageffe de Bibi, on n'auroit pourrant point youlu juger qu'elle n'eüt un peu boité. Son père même & fa mère qui en doutoient moins que perfonne, fentirent un petit battement de cceur quand ils lui virent cha»fler le fabot. Mais quel fut aufli leur raviflement lorfqu'ils virent que la bonne opinion qu'ils avoient d'elle étoit bien fondée, & que les rèves qui les avoient inftruits de tout ce qu'elle avoir fait n'étoient point rrompeurs. Puifque vous avez paffe par 1 'épreuve du fabot, mefdames, dit alors laptinctffe Gracilie, fi faut que j'y paffe aufli. Elle étoit bien fure de fqn fair, & perfonne ne doutoit qu'elle ne pric une peine inutile lorfqu'elle mit fon pied au fabotf Forteferre le prenant, dès qu'elle 1'eut quitté • allons, mefdames, dit-il aux dames d'honneur, c'eft votre tour a danfer. Voyons 1'effet que le fabot vous fera. Mais Diamantine s'approchant dece roi, lui fit un clin d'ceil,& reprenant le fabot de fes mains : fire, dit-elle, le choix qüon a fait de ces dames prquve aflez que cette épreuve feroit iniuile, il eft tems que je me retire. Je ne

Sluiten