Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

I 5 1 HlSTOIRÊ

dames d'honneur, paree que fi elles étoient venues a boiter, on auroit blamé le choix qu'on en avoir fait pout être auprès des princeffes, & qu'on n'auroit pu les garder. II ne faut pas toujours s'éclaircir de tout ce qu'on pourroir favoir. Il propofa a Abor de faire éveiller fes fervantes pour faire 1'effai fur elles; mais Aborle pria de 1'en difpenfer, en difant que fi par hafard elles venoient aboirer, ce feroit un mauvais fervice a leur rendre pour tous ceux qu'il en avoit recus.

Cependant 1'aurore commencoir a palirfi fort, qu'on ne la diftinguoit prefque plus du journaiffant. Le roi de Forteferre propofa de ne fe point coucher, & d'aller au loin fe promener dans la plaine, jufques a ce que 1'ardeur du loicii obligeat de revenir. Nous en dormirons mieux , difoit-il, la nuit prochaine , & puifque nous fommes ici a la campagne délivres de 1'embarras d'une cour, jouilfons de norre liberté. Titi répondit que pafler deux jours & une nuit fans dormir, éroit en effet un bon moyen pour bien dormir la nuit fuivante; mais que, quoique la laflitude d'une fi longue veille fit acheter trop cher le fommeil de la nuit qui devoit y fuccéder, il vouloit bien faire ce qui plairoit a Forteferre, pourvu que perfonne que lui ne ctut devoir fe gêner pour fuivre le prince a la promenade. Titi demanda auffi d'aller auparavantécrire le diplome

Sluiten