Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

I 5<J H l S T O I H E

fervitude ; fa tendreffe pour fa fille, qu'il vouloit élever fur le tróne,& fur-tout 1'idée qu'il avoit que Blanchebrune aimoit Titi, &en étoit, fans doute, ahnée, l'avoient rendule maitredene leur donner que 1'air de la rendre amitié, a laquelle, a. dire vrai, le véritable amour reffemble parfaitement. Mais dès qu'il vit qu'il alloit être féparé de certe ptinceffe dont le commerce aimable avoir fait la douceur des jours qu'elle avoit paffes a fa cour, quand il fut sur qu'elle n'étoit attachée a Titi que par une amitié dont le courage & la vivacité faifoient 1'éloge du cceur de cette princefFe, fes propres fentimens fe développèrent mieux, a luimême. Et quand une fois il lui eut fait connoitre qu'il 1'aimoit, quoique ce ne fut que dans une converfation qui pouvoit faire regarder tout ce qui s'y étoir dit comme un badinage, il fe trouva fi impatient de fe voir aimé , qu'il étoit prêt a fe mettre en colère contre Blanchebrune, de ce qu'elle ne 1'aimoit pas. II fit bien promertre a Titi qu'il lui rendroit le lendemain un fidéle compte des fentimens de cette princeffer Ce fut avec cette efpérance qu'il efFaya s'il pourroit dormir.

Les princefFes & Bibi retirées dans leur chambre, s'égayèrent beaucoup fur les divers ufages qu'on pouvoit faire des fabots; Gracilie prefFée, nonfeulement par 1'envie de complaire au roi fon

Sluiten