Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. 157 père , mais par ie défir d'atïürer, a 1'amidé qu'elle 'avoit pour Blanchebrune, le plaifir de ne s'en féparer jamais , lui die tout ce qu'elle put pour 'la faire confentir a devenir fa belle-mère. Elle la prelfa tant par roures les queftions qu'elle lui fit au fujet de Forteferre , qu'elle 1'amena au poinc d'avouer qu'elle recevroit avec reconnoiifance 1'honneur du choix qu'il faifoit d'elle , fans la répugnance qu'elle avoit a s'expofer a priver Gracilie de la couronne. On ne peut rien dire de plus géncreux ni de plus tendre , que tout ce que ces deux aimables princefies fe répérèrent, ni rien de plus ingénieux , ni de plus modefte, que tout cé que diioit Bibi, pour foutenir tantöt les motifs de 1'une, tantot les raifons de 1'autre , &: pour fe plaindre elle-même , quelque chofe qui arrivar.

Cette vie ne plaifoit pas trop & madame Abor. L'honneur d'avoir deux rois dans fa parite maifon, 11e la dédommageoit point du dérangement oue cela lui caufoit. La douce tranquiliité, la frugrlité de fa table, fes heures marquées pour employer la nuir au fommeil, & le jour aux occupa,tions domeftiques, lui paroilïbient préférables , même a roures les merveilles de la fee. Elle fentoit ainfi, que fa fille Derdroit I être reine, Bibi le fentoit elle-même, mais 1'amour écoit au-deffus ■de tout.

Dormir qui put dormir. La chaleur du jout

Sluiten