Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

öu Prince Titi. ^9 holt un fi rare exemple, feroient qu'ils Ie fupplieroient de les gouverner préférablementa tous les princes du monde. Ces dépêches lui apprenoient aufti que les foldats avoient refufé Ie mois de paie qu'on leur avoit voulu donner, Sc qu'il y avoit dans toutes les garnifons beaucoup de mouvemens qui tendoient a le venger malgré lui des atttenrats de Triptillon. Que fes miniftres avoient fait tout ce qu'ils avoient pu pour empêcher 1'envoyé de la reine mère d'aller le trouver au forr Titi; mais qu'ils n'avoient pu obtenir de lui qu'il atrendit le retour de fa majefté. Que ceE envoyé n'avoir rien voulu dire. Qu'on foupgonnoit que fa commiffion regardoit la principaufé de Félicie; que d'ailleurs le bruit s'étoit répandu i la cour que le fujet du voyage des deux rois n'étoit pas de régler quelques chofes a I'égard de leurs frontières, ainfi qu'on l'avoit cru d'abord ; mais d'y voir une perfonne admirable que fa majefté deftinoit au ttöne. Qu'on faifoit la deflus a la cour & a la ville quantité de difcours, jufqn a dire que le roi avoit fait batir, pour cette belle perfonne, un palais de criftal. Qu'il eft vrai que d'autres difoienr que ce n'étoit pas le roi, mais une fée; que même elle avoit meublé ce palais de meubles tout dor maffif. Qu on y entendoit des concerts merveilieux, fans y voir ni mufitfiens, ni joueurs d'inftrumens; Sc qu'on y étöic

Sluiten