Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i4z Histoïrk

Et celle du nouveau duc de Felicie, pourfuivic Abor, eft telle, qu'il eft très-digne du rang oü le roi 1'a placé. Si vous parliez de fon fils, ajouta 1'envoyé , on ne peut difconvenir qu'il a donné a Titi des marqués d'un grand attachement, &C qu'il a beaucoup d'efprit & de valeur. Je veux croire que le motif de tout cela, n'a pas été 1'envie de faire fortune. Mais la vettu de fon père, quelle eft elle , pour mériter une fouveraineté ? Elle eft peut être d'autant plus grande , qu'elle a moins d'éclat, répondit Abor. Le roi la connoit fans doute , & en eft bon juge. Pour moi , continua-t-il, il me femble qu'un homme qui eft en état de prêter a fon maitre des fommes qu'une province entière auroit peine a fournir; qui ne craint, lorfqu'il prête > que 1'inquiétude qu'on peut avoir de lui rendre; qui ne connok point de malheureux que la fortune traverfe injuftement, fans être ardent a venir a leur fecours , qui cherche même a les connoitre, & qui dans un état d'opulence, oü ne fe trouvent pas de grands princes , vit cependant avec tant de modération , que tous ceux qui ne favent pas ce> que je fais, ne le croient qu'un particulier qui eft bien a fon aife, il me femble , dis-je s qu'un tel homme doit avoir une vertu bien réelle. Vous me furprenez, dit 1'envoyé. Je fuis moi-même furpris, dit le prince de Fullfoij car en effet s je

Sluiten