Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

[t7S H I S T O I R E

devoit faire. Marquez , dit-il , que de quatre jours nous ne pouvons voir perfonne; mais qu'enfuite vous pourrez préfenter ceux qui viendront. Que permettez vous , fire, dit Gracilie? Cent importuns vont nous priver de tous les agrémens dont nous jouiflons ici en liberté. • Que voulezvous faire de cette foule d'hoberaux? M'en faire aimer, dit Titi ; c'eft la moindre chofe que je leur doive. Mais ne vous fachez pas, belle princelTe , on fera dans la cour deux falies, que les charpentiers & les menuifiers auront bientót rildes , & c'eft-la que je recevrai tous ces meftieurs. On n'entrera , ni dans la petite maifon , ni dans le jardin. Le roi vorre père qui n'a pas les mêmes raifons que moi, de permettre qu'on lui préfente ceux qui viendront, ne verra perfonne s'il veut , ni vous non plus. Je vous en tiendrai quitte pour cinq ou fix complimens que vous recevrez, s'il vous plak , de quelques-uns des plus hupcs dont je ferai 1'introduóteur auprès de . votre altelfe royale. Gardez-vous-en bien , lire , répondit Gracilie; je ne pourrois peut-etre m'empêcher de rire , & ces honnêtes gens croiroient qu'on fe moque d'eux.

Malgré les plaifirs que Titi goütoit dans la petite maifon , il n'avoit pas envie d'y faire un long féjour; il croyoit que pour les defteins qu'il avoit, il convenoit d'être dans fa capitale, au

Sluiten