Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

pu Prince Titi. 1S7 qu'il pouvoit faire, étoir de donner fes fix arpens pour trente-fix mille ginguets , &c que vingr ou trente mille ginguers , plus ou moins , fur un fi grand marché, ne devoienr pas empëcher fa majefté de fe fatisfaire. Abor lui répondit que le roi avoit trouvéfa demandé fi jufte , vu les circonftances , qu'il s'étoit fait un fcrupule de ne pas payer la même fomme aux autres vendeurs a qui leurs tetres pouvoient procurer le même avantage , & que s'il les payoir fur le même pied, ce qui étoit jufte, la fomme alors devenoit li conlidérable , que le roi ne croyoit pas devoir 1'employer pour une acquifirion qui ne ferviroir qu'a. fon plaifir; fur quoi eer homme argumenrabeaucoup avec Abor, pour lui prouver que ce qu'il demandoit pour fes rerres , n'empêchoit pas que le marché des autres ne fut valable ; qu'0.1 ne les avoit point forcés de vendre , & que puifqu'ils étoient convenus a douze eens ginguets par atpent, & que les contrats eh étoient paffes, 1'acquilition étoir jufte ; que c'étoit leur fiiute s'ils n'avoient pas fair 1'attention qu'ils devoient a leurs intéréts; que pour 1'amour du roi, il n'avoit pas voulu les en avertir , & que ce n'étoit pas non plus au roi a. le faire ; qu'au fond , la raifon qu'il avoir de vendre fes terres plus que les aurres , ne pouvoit les regarder tous , puifque ft chaque vendeur ^puloit barir des hotelleries fur fes

Sluiten