Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

lS8 HlSTOIRE

champs, toutes ces terres ne feroient plus que des hotelleries, & qu'alors , leurs terres ne leur vaudroient pas autant qu'elles leur rapporroienc fans banmens , outre que plufieurs n'éroient pas en érat d'y batir. 11 ajouta qu'il prioit Abor de faire faire ces confidérations a fa majefté , & prom:r que fi on faifoir le marché avec lui, il ne diroir rien du prix a perfonne, afin de ne point facher les autres vendeurs ; mais qu'il croyoitque fa majefté feroit très-bien de profiter de ces marchés la fans rien dire. Abor lui répondit qu'on-. verroit le lendemain qu'elle feroit la réfolution du roi, & eet homme fut congédié avec les autres, pDur revenir le lendemain.

Tous ces vendeurs, qui n'étoient que quelques payfans des lieux voilins , s'en retournant enfemble , raifonnèrent fur ce qui pouvoir avoir fait changer le roi de fentimenr ; ils conclurent que ce qu'ils avoient ouï dire éroir vrai , qu'il falloit que la reine mère & Triptillon euffënt en effet emporté avec eux les tréfors du feu roi Ginguet , & que Titi fe trouvant fans argent , ou en ayant befoin pour autre chofe , ne pouvoit pas faire payer les fommes'que lui coüteroienr ces terres , & qu'il ne vouloit point faire d'impofitions fur le pays pour les payer, de même qu'il ne vouloit pas les prendre a crédit.

Convaincus de Ia bonté du roi, par la voix

Sluiten