Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

r> u Prince Titi. 197

que d'aller donner mon bien pour rien ? A d'autres , mes amis, a d'autres.... Non, non, je ne la fignerai point qu'ils ne me donnent quarante mille ginguets de mes fix arpens. Vous voulez rire , compère , lui dirent les autres ; dites-nous tout de bon la vérité. Par ma foi je vous la dis , répondir-il. Mais ne nous aviez-vous pas promis de figner , conjointement avec nous, norre requête & la ceffion de nos terres ? Oui, je vous 1'avois promis , & veux bien encore le faire , pourvu qu'on me donne auparavant quarante mille ginguets de bel & bon argent , autrement je ne fuis pas fi fot. Nous fommes donc des fots, nous, reprirent les autres, d'avoir donné cette marqué d'affection a notre bon roi ? Vous êtes ce que vous ctes , répondit-il ; mais chacun fait comme il 1'entend. La-deflus ils s'échauffèrent; & après quelques injures, la conclufion fut que , fautant aux haies voifines , ils en arrachèrent les meilleurs barons qu'ils purent trouver , & revenant fur lui, ils le battirent tant, tant, tant, que fi des paflans ne fuflent venus a fon fecours, ils 1'auroient tout-a-fait aflommé. Abor fut averti de eet accident , dont il défendit de parler , de peur que cela ne vïnt aux oreilles du roi. II fit donner une voiture pour reconduire eet homme chez lui. Il n'avoit point les os fracaflés, paree que les batons n'en avoient pas la force ; mais d'ail-

Niij

Sluiten