Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

I93 HlSTOIRï

leurs il éroit fi meurtri, qu'il n'en valoit guères

mieux.

Enfin, on fervir a diner pour cesbonnes gens. Ils étoient plus de cinquante. Abor fe mit aveceuxa table , & Titi eut la bonté de venir les voir boire a fa fanté. Un moment après que ce bon roi les eut quitté , on entendit a la porte de la cour, une femme qui crioit qu'elle vouloit pa (Ter, 8z qui fe querelloit avec les gardes qui lui refufoient 1'entrée. Abor fe leva de rable pour voir ce que c'étoit. II vit une vieille qui avoit fur fon épaule une beface fi groffe, qu'a peine pouvoit - elle la porter. Abor reconnut auffi-tot la vieille : c'étoit la fée Diamantine. Laifiez-la entrer, dit-il, laifiez-la entrer, je la connois. II vint au-devant d'elle , & la conduifit dans la petite maifon. Elle entra dans la chambre, oü elle pria Abor de la décharger de fa beface; mais il ne put feulement la foulever de delfus 1'épaule de la vieille. Cette beface étoit fort grande, Sc pleine de ginguets d'or, tant qu'il y en pouvoit tenir.

Diamantine Sc Abor montèrenr enfuite dans une chambre, oü ils trouvèrent Titi occupé avec Bibi Sc les deux princefles, a faire des rouleaux de ginguets d'or pour diftribuer a chacun de ceux qui avoient bien voulu céder leurs rerres. Ce bon roi avoit voulu leur donner une marqué de fon amitié, en recevant leur préfent; mais n'étant

Sluiten