Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Xot HlSTOIR.B

du voifinage, furent enlevées dans les airs oü 1011 voyoit les poteaux Sc les planches, dont elles étoient faites , portés plus rapidement de coté & d'autre, que les débris d'un vaifteau fur une mer furieufe. 11 y a des philofophes qui n'auroient point douté que 1'inftant fatal ne füt venu, oü la terre, par un coup du hafard, doit être réduite en poudre , Sc fe perdre en éclats dans le vide. Enfin ce bruit, oü il paroiffoit que les vents furieus luttoient les uns contre les autres, ceffa; un feul régna encore pendant quelques momens , en diminuant toujours de force, & fe calmant enfin , laiffa la fuperficie de la terre auffi unie que le font les fables de la mer, lorfqu'il n'y refte pas même 1'impreffion de la vague. Rien ne refta fur pied que le cabinet de cormiers. Les légumes mêmes du jardin furent arrachées. On n'y voyoit que la terre route nue.

Diamantine parut alors vêtue d'une robe verre, femée de fleurs, de fruits Sc d'animaux de diverfes efpèces. Sa tête étoit couronnée d'une multitude de diamans dont la figure Sc la couleur repréfentoient toute forte de fruits. Elle étoit telle qu'on repréfenteroit la terre oulafécondité, fous la figure de Panthée, de Pombne Sc de Flore. Je vous ai bien fait peur, dit-elle, & ma vifite eft aujourd'hui bien effrayante. Non pas votre vifite, répondit Forteferre, mais ce qui 1'a précédé, Sc

vous

Sluiten