Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

D v Prince Titi. io9 vous auriezbien pu, grande fée, nous épargner tot de peur, & empêcher notre fouper d'être gaté a force de vous attendre. Voudriez - vous donc; répondit la fée, qu'on déracinat des arbres; qu on tranfportat des mades énormes de terres qu'on creusat des canaux dans uri inftant, & fans bruir. Oui, je le voudrois, dit Forteferre, puifque vous le pouvez. Non, fire, je ne le puis, répondit Diamantine; nous pouvons bien,'fans bruit, produire des chofes qui ne font point encore; mais quand elles font, ou il faut les anéantir, ou agir conformément 4 ce qu'elles font. A I'égard de votre fouper, qui pourroit bien être gaté par votre politeffe & par ma faute, mon deffein eft de réparer le mal. Je veux régaler aujonr-i d'hui le duc de Felicie; Ia lune eft belle, Fair eft doux, foupons dans la cour, & vous verrez que mes officiers ne font pas mauvais.

A l'inftant on vit defcendre au-deffus de leur tête une grande table que foutenoient quatre zéplnrs, & qu'ils posèrent au miheti de la cour. D'autres zéphirs defcendoient un fuperbe buffet chargé de la plus belle vaiffelle du monde, tandis que d'autres furent chercher des fièges. IJS fe rrouvèrent feize X table. Chaque couvert étoit d'or maflif; les plats étoient de même: il y en avoit quatre grands & dix petits tous remplis d'ceufs de différens oifeaux,parmi lefqueis il s'ea Tornt XXVlll^ O

Sluiten