Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

» u Prince Titi. zij

fuivre oü il me plak, & j'en tire ainfi ce que je Veux.

Certe liqueur, en réparant les forces, ranima la joie. Les princelfes, quoique levées de bon matin , avoient p'us envie de danfer que de dormir. Cependant 1'horifon blanchifloit , & la lune commencoira palir. Achevons notre ouvrage, dit la fée, ne lailTons pas aride un terrein fi bien préparé. Ce qu'il y aura de plus difficile, fera d'avoir la quantké d'eau vive nécelfaire pour remplir ces canaux, & les entretenir pleins. Mais puifque Bibi le veut, il faut la fatisfaire. A ces mots la fée frappa fortement du pied contre terre , Sc voila qu'un tremblement fubit fe fir fentk, Sc s'étendit par diverfes fecoufiesa plus de dix lieues a la ronde. Que faites-vous, grande fée, s'écria Bibi ? Toutes les maifons de cette contrée vont être détruites, Si leurs habitans écrafés dans leurs lits. Je ne veux point 1'exécution de mon plan i ce prix. Ne craignez rien, répondit Diamantine; je me garderai bien de vous rendre ces beaux jardins défagréables par les regrets des- maux qu'ils auroienc coutés; j'ai pourvu a rout. Ceux des habitans des environs qui ne dormiront pas, en feront quittes pour la peur,& c'eft maintenant 1'heure oü on dort le mieux. Ces tremblemens ne renverferont pas une feule eheminée. Ik durjjreni cependant prés d'une demi-heufe j après quoi on

Oiij

Sluiten