Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

l^è fïlSTOIRE

drbit pas de s'expofer dans 1'occafion. A ces mots; malgré le refpect dü a leurs majeftés , il s'éleva un éclat de rare , qui dura même quelque tems. Madame de Rababou, monfieur de Rababou 8c monfieur d'Iridis en furent fi déconcertés, qu'ils défilèrent furtivement par la première allée de traverfe, & s'étant hatés de regagner leur équipage , ils allèrent jufques a deux lieues de la, fans s'appercevoir qu'ils avoient oublié mademoifelle de Rababou , que les princeffes avoient fait approcher d'elles , & qui n'avoit pas vu madame fa mère s'évader.

Cependant le capitaine Poirau s'éroit appro* ché , & le roi l'avoit regu non-feulement avec fa bonté ordinaire , mais avec des témoignages d'eftime & d'amitié. Je fuis aife de vous revoir, lui dit fa majefté ; je vous croyois morr. Je n'ai pas oublié tout ce que je vous ai vu faire, ni combien vous avez contribué a me conferver la vie. Je me fouviens aufli que je n'ai pas fair pour vous ce que j'aurois voulu faire , 8c je n'oublierai pas maintenant que je le puis. Il l'avoit ptéfenté au roi de Forteferre, qui, quoiqu'il ne Feut vu que dans la mêlée, fe reflbuvinr parfaitement de lui. Cela n'eft pas étonnant, dit obligeamment ce prince; je ne me fuis trouvé nulle part pendant la bataille, que je ne vous y aie vu au premier rang Ie fabre a la maïn.

Sluiten