Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

2,41 H I S I O 1 il E

tage fingulier; c'eft qu'elle avoit les lèvres du plus beau rouge qu'on puifle imaginer : ce qui, fur un fond olivatre , jouoit admirablement avec deux grands yeux noirs.

On fe leva le lendemain de grand matin pour la chafle. Les princefles avoient voulu en êcre, 8c avoient obcenu de Bibi qu'elle y viendroit. On avoit préparé la veille ce qu'il leur falloir. Titi avoit prêté un de fes habits a Bibi; il étoit bleu célefte. Gracilie en avoit pris un du prince de Felicie, quoiqu'il füt moins beau qu'un autre que le duc d'Eerhart avoit voulu lui faire prendre. Le duc de Vaervir en avoit donné un a Blanchebrune. On leur avoir fait de petits chapeaux de tafetas , qu'on avoit ornés d'une lefle de fleurs. Leurs cheveux épars fur leurs épaules étoient fimplement ferrés en haut, par un nceud de ruban. C'eft ainfi qu'elles montèrent a cheval, & qu'on les eut prifespour les trois graces,fi on repréfentoit les graces vêtues. Cependant, quelque charmantes qu'elles paruflent toutes trois, les payfans qui fe trouvèrent fur leur paflage, en les regardant avec admiration, fe difoient les uns aux; autres : C'eft la bleue qui eft la fille du roi. Ils; avoient oui' dire que parmi ces princefles, il y' avoit la fille d'un roi, ces bonnes gens s'imagi- ■ noient que ce devoit êtte la plus belle.

Le roi de Forteferre galoppoic en avant; les:

Sluiten