Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. 151* terres, par conféquent, affoibliflement & décadence nécelfaire , cela fttic 5 mais indépendamment de ce mal, continua le roi, pourquoi faut- * il que ceux dont le travail produit 1'abondance des autres, ne jouiflent pas des biens que leur travail procure ? Pourquoi faut-il qu'un grand nombre d'habitans foient privés des douceurs de la vie dans le fein d'un pays narureliement fertile ? C'eft cruauté. Comme ilsparloient ainfi, ils appercurent fous un arbre, prés du chemin , un enfant en maillot que fa mère avoit pofé fur un cafaquin qu'elle avoit quitté pour mieux travailler. Elle bêchoit un champ a. 1'ardeur du foleil, qui, quoiqu'il füt haut, n'avoir pas Ia force de fecher Ia chemife que la fueur coloit fur le dos de cette pauvre femme. Bonne mère, lui dit le roi, pourquoi faut-il que vous travailliez ainfi vousmême? Pourquoi, répondit cette femme, fans quitrer fon travail ? C'eft quil faut que eet ouvrage fe fafle , & que fi je ne le fais, il ne fe fera pas tout feul. Mais il me femble , ajouta le roi, que bêcher ainfi la terre feroit 1'ouvrage de votre mari, 8c non pas le votre. Hélas, dit-elle , il eft dans fon lit, mon pauvre homme ! 8c c'eft pour avoir de quoi lui faire du bouillon, que je me hate de finir aujourd'hui ce morceau de terre j il l'avoit entrepris , & il n'a pu 1'achever. En difant ces mots, cette femme regarda mieux a qui

Sluiten