Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

2j£ HlSTOIR.fi

non-feulement vous enrichir, mais enrich.ii: vol

iimis. Tout ce que vous devez obferver, c'eft de

iie rien dire de ceci i perfonne, & de conferver

foigneufement ces ginguets ; car fi vous ie dites,

ou' qu'on vous les vole , ils ne reviendront plus.

La pauvre femme-regarda encore fes ginguets ,

en faifant la révérence, fans parler, tant elle étoit

enccre émue.

Diamantine dit alors au roi de rerournerpromp-

tcment joindre la chafle:, & qu'elle viendroit

fouper le foir même dans la petite maifon.

\.e roi, Abor & le chevalier de Tobifonde fe hatèvent de regagner la forèt oü ils découvnrent bientót de quel córé étoient les chafleurs. La joie fut grande'quand on les vit paruitre : on s'empreflï de leur marquer 1'inquiétude qu'ils avoient caüfée : on leur demandoit oü ils avoient été; a quoi ils ne répbndpient rien, fmon qu'ils avoient couru beaucoup de pays.

Le cerf avoit été forcé, les princeffes étoient fatiguées, le roi de Forreferre étoit content de la chafle, öc fouhaitoit de retourner a Bititibi: on en reprit le chemin, durant lequel Titi conu au roi de Forteferre ce qui lui étoit arrivé. 11 marquoit d'une manière fi rouchante 1'impreftion qu'avoient fait fur lui tant de misères qu'il avoit vues, que Forteferre, qui ne croyoit pas fes campagnes en meiileur état, prit aufli la réfolution de

vifiter

Sluiten