Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince T i t r; *57 vifiter incognito les villages de fes provinces, dès qu'il feroit de retour dans fon royaume. Les rois font malheureux même avec les meilïeures intenrions du monde , difoit Titi; leurs fujets leur appartiennent, & ils fe doivent également a rous; mais faute de voir par leurs propres yeux, ils ignorent fouvent 1'état des chofes d'oü dépend principalement le bonheur de plufieurs, & retativement le bonheur de tous. Leurs miniftres mêmes , qui font les yeux du prince, ajouta Forteferre , ne font pas fouvent mieux inftruits d'une infinité de détails qu'ils ne peuvent voir, & fut iefquels on les trompe, foir paree que ceux qui devroient les en inftruire, ne le font pas avec aflez d'exacFitude, ou que, fi quelques-uns le font, ils font contredirs par d'autres moins exacts, foit que d'autres , felon leurs vues bornées, ou par dirférens motifs , expofenr le mauvais train des chofes comme un mal nécelfaire auquel on ne pourroit remédier que par un arrangemenr plus dangereux. C'eft un grand malheur , reprit*Titi; cependant il me femble Qu'il ne faut pas avoir beaucoup réfléchi pour voir que de la profpériré de tous les membres d'un état, réfulte la profpérité commune ; & que , s'il eft malade en quelqu'une de fes parties, toutes les autres s'en reflentent néceflairement. que c'eft aux gens de la campagne qu'on doit non Tome XXVUU R

Sluiten