Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

2 (54 HlSTOlRE

communiquer. Au refte, il y aura plus de difficulté a remédier aux misères de quelquesunes de mes pro vinces, qu'il n'y en aura a remédier a celle des vórres , paree qu'il y en a quelquesunes des miennes qui ont le privilège de faire elles-mêmes leurs impofitions , & quelques autres ou les payfans font ferfs de leurs feigneurs, qui font mes fujers ; de forte que ces payfans onr a fupporrer Ie fardeau général, & les vexations de leurs feigneurs, ainfi ces gens-la. doivent être encore plusmiférablesque les autres. Mais, pourfuivit Forteferre, que diriez-vous, fire, fi je vous afturois que fous un gouvernement qui fe prétend Iibre, il y a encore des campagnes bonnes &fertiles, & plus miférables fans comparaifon que les vótres & que les miennes ? Je le croiroïs, répondit Titi, puifque votre majefté l'aftureroit; mais j'aurois de la peine a Fimaginer. Le royaume A'Harpefile, dont mes états ne font féparés du coté du midi que par les vaftes marais de Saltaigo, reprit Forteferre, eft un pays abondant en paturages, propre a nourrir une grande quantité de bétail &c de volailles; car il y a auffi beaucoup de terres labourables. II s'y trouve de plus les meilleurs bois du monde pour la charpente & la conftrucFion des navires. On dit même qu'il y a de ces bois qui font incorruptibles. Ce royaume eft d'ailleurs auffi heureufement fitué qu'on puifte Ie fouhaiter

Sluiten