Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

*7Ó H i s r o u e

aimerois fi parfaitement, qu'on ne pourroit vous aimer davantage, quand même vous feriez aimé de vingt Blanchebrunes telles que moi. Vous ne feriez aimé que de plus de moi-même, mais pas davantage que le feul moi vous aimeroit, s'il ofoit une fois Vous en affuren Chère princefle , s'écria Forreferre, après des paroles fi charmantes, ft ayez pas la cruauté de me laiffer ignorer plus long-tems fi vous êtes ma vraie Blanchebrune , afin que fi vous 1'êtes, j'aille vous marquer, avec tranfport, toute ma reconnoiffance. Faites-vous connoitre, chère princefle, faites - la connoitre, chère Bibi, ou mon impatience va devenir fureur» Vite a votre gobelet, fire, dit une autre Blanchebrune, fans cela vous allez effrayer toutes les Blanchebrunes du monde. Comme elle parloit ainfi, Titi coupant un petit os fur fon aflïetre : ouf, s ecria-t-il, feignantde s'être coupé. Attfli-tot une des Blanchebrunes treflaillit fur fa chaife, & s'écria: qu'avez-vous, fire? J'ai trouvé ma chère Bibi, répondit Titi en regardant celle qui avoit treflailli: allons, fauffe Blanchebrune, ne continuez plus de nous tromper. Titi avoit deviné jufte. C'étoit*en effet Bibi qui reprit alors fa forme naturelle, & qui fit ainfi voir a Forteferre que celle qui lui avoit dit des chofes fi obligeantes, n'étoit pas la vraie princefle de Blanchebrune, il s'en plaignit, mais il s'appaifa lorfque cette princefle

Sluiten