Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DU Prince T i t i. iyt

lui répö idit: fi je ne vous les ai pas dites, fire, comment favez-vous que je ne les ai pas pen-

fées ?

Ce badinage égaya un peu Ie commencemenr du repas; mais lorfque Tiri fit part des nouvelles qu'il avoit recues, & qu'il ajouta qu'il partoit cette nuit même pour fe rendre au camp, Ia confternation prit la place de la joie, Sc la fée eut beau faire pour la ranimer, elle n'y réufiit pas mieux d'abord que Titi, quelqu'ufage qu'il fit de fa réthorique, pour faire voir la néceffité de ce départ. Les ris cefsèrent chez Gracilie, la vivaciré de Blanchebrune fut éteinte, & la douleur qui fe peignoir dans les beaux yeux de Bibi, rrahiflbic malgré elle la raifon qu'elle affecFoir de faire paroïtre pour plaire a fon cher prince. Cependant il fut réfolu que les rois lailferoient a Biritibi le duc de Felicie Sc Abor; qu'on écriroitau ch:valier de Tobifonde de s'y rendre dès qu'il auroit fini fes affaires, & qu'après que les rois auroient appaifé 1'émotion qui étoit dans les troupes, & qu'elles feroient renvoyées dans leurs quartiers, Titi retourneroit dans la capitale, fuivi du prince de Fullfoi Sc du duc de Vaervir; que le roi de Forteferre, fuivi du prince de Felicie, du prince de Frycore &: du duc d'Eerharc, reviendroit a Bititibi, pour y reprendre les princefFes Sc Bibi, qu'ü meneroit lui-niêtne a la Cour avec monfieur Sc

Sluiten