Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. 277vous remercie, grande fée, jene veux rien avoir qui puifle gêner ceux que j'aime , & qui difent qu'ils m'aiment; je veux les lailfer a leur bonne foi, & que leur amour feul m'en réponde. Toujours la même, ma chère coufine, dit Titi: toujours noble & délicate dans vos fentimens. Et moi, dit Bibi, ne le fuis-je donc point ? Oui , vous 1'êtes auffi, ma chère Bibi, répondit Titi : vous agiffez toutes deux dirféremment par les memes principes ; vous favez par une longue épreuve des fentimens qui m'attachent a vous , & qui ne fe font jamais démentis , malgré tant de traverfes, que je ne doute pas que vous êtes fi parfaitement süre de moi, que je ne pourrai attribuer vorre curiofité qu'a votre extréme attachement, fans vous foupconner d'inquiétude ou de méfiance au fujet de mon amour ; au lieu que la nouveauté de 1'engagement du roi & de la princefle de Blanchebrune , 1'averfion naturelle de ce prince pour 1'amour, la facon cavalière dont il le traite, pourroit faire foupconner la curiofité de cette princefle de quelque méfiance ; & c'eft une délicateffe digne d'elle que d'écartet ce foupcon. Cependant Forteferre la pria très-inftamment de vouloir prendre ce miroir, & d'en faire ufage. II proteftoit qu'il ne demandoit pas mieux : mais quelque chofe qu'il put dire, Blanchebrune s'obftina a ne le point

S iij

Sluiten