Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. 185 Dans la converfation particuliere du prince de Felicie & de Gracilie, cetre princefFe lui avoir demandé d'abord d'être fa confidente , enfuite elle Favoit félicitée du plaifir de voir chaque joar fa tabatière fe couvrir de quelques nouveau diamans. II lui avoit répondu qu'il ne croyoic pas qu'on dut trouver du plaifir i fe voir aimé quand on n'aimoit pas ; ou que fi c'en étoit un, ce n'étoit que 1'efFet d'une vanité indigne d'un honnête homme; qu'on devoit, au contraire, être trés-fiché d'être aimé de quelqu'un pour qui on ne pouvoit avoir de retour • & fi je n'étois retenu, pourfuivit-il, par le refpeft que je dois a la fée, je vous affure, madame, qUe je jeterois dans le premier fleuve que je trouverois, la tabatière que j'ai recue d'elle. Quoi! dit la princefle , vous oubliez toujours que Ia perte involontaire de cette tabatière doit vous annoneer le moment oü vous polféderez celle qui vous aime & que vous aimez. Non, madame, répondit le prince, j'aime une perfonne qui ne 'peut êtrea moi; mon deffein eft de 1'aimer route ma vie, & de faire mon bonheur de mon amour quoique deftitué d'efpérance ; & je 1'aime au point que fi je croyois être heureux avec une autre, je renoncerois plutöt a la v.ie que de confentir a 1'être ainfi. On ne peut aimer plus par-' faitement, dit Ia princefle, & je doute mêmfe

Sluiten