Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

» v Prince T i t t. 307

quillifa jufqu'au lendemain. La fièvre furvinr ; Ie genou enfia confidérablement , 8c on craignk une grande infLmmitijn. Cependant, cela n'eut pas de fuite. La fièvre cetfa, & 1'enfiu e n'augmenta point, elle diminua au contraire Je jout er. jour , quoiqu'aux moindres mouv.me.ns, le roi -enrit au genou des douleurs t ès aigucs.

Madame la gouvernante d\4lbu> gecjlad étoie rrès-affidue auprès du roi, & dèsle rroifième jour, fa majefté permit que quelques dames vinffènr faire leur cour, & qu'on jouat dans fa chambre.

Certe gouvernante étoit une femme de vingtfepta vingt-huitans, d'une talie médiocre, mais bien prife. Les plus beaux yeux noirs qu'on püc voir, avec un regard vif & riant, quoiqu'un peu couvert. Ses traits étoient peu réguliers, mais compofoient une de ces phyfionomies touchantes qui, par 1'air & les regards , font connoitre qu'une femme a du penchant a accorder ce qu'elle inf, ptre qu'on lui demandé. Le gouverneur étoü un petit homme noir , vif, agc de plus de foixante ans, qui avoit été fort galant, & qui étoit fi jaloux, qu'il paffoit pour être moins le mari, que Ie tyran de fa femme. Il croyoit que fa ;abufie étoit bien fondée. Et fa mauvaife humeur Ie portoit a ces déclamarions fi rebattues contre les femmes, qu'on devroit avoir home de les répéter, d'autant plus que rien n'eft plus inutile. Le prince de

Vij

Sluiten