Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

314 HlSTOIRE

fut plus hardie • elle pria la princelfe de le leur montrer : mais quelques prières qu'on lui fit, elle le refufa conftamment. On a fu depuis , qu'elle y écrivoit ces vets.

S'il eft un mal plus cruel que Pabfence Pour un cceur que 1'amour a foumis a fes loix r C'eft un foupcon d'indifference , Et mon cceur fent ces deux maüx a la fois. Hélas 1II mon berger favoit combien je 1'aime y Pourroit-il être fans retour 5 Son refpecT:, dit-il eft extreme, N'eft-ce point d'un dcfaut d'amour?

Blanchebrune fe promenoit avec fon ccureuil, & ayant a la main fa loupe dont elle fe fervoit de momens en momens, cette loupe lui avoit fait voir 1'accident arrivé a Forteferre : elle en étoit extrêmement touchée; cependanr elle l'avoit caché a Gracilie, paree qu'elle ne vouloit point faire connoitre comment elle l'avoit fu. Le prince de Felicie lui remit la lettre dont il étoit chargé. Forteferre marquoit a. la princelTe le danger qu'il avoit couru, le bonheur qu'il avoit eu d'en échapper, 1'impatience qu'il avoit de la revoir, 1'efpérance oü il étoit d'être bientót auprès d'elle, 8c celle d'cgayer un peu fon ennui préfent par 1'aiffai du fabot qu'il la prioit très-inftamment de lui envoyer. II avoit eula bonté d'ajouter des marqués

Sluiten