Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

JI (j H i s T O i R B

y avoit deux nuits qu'il n'avoit dormi; il avoit couru nuit & jour a cheval, & vouloit repavrir la nuit fuivante pour retourner auprès de Forteferre.

Afin de fe rejoiudre fans fe chercher dans le pare, on avoit pris pour rendez-vous commun un bofquet, qu'on appeloit le bofquet de Gracilie. C'étoit le' premier qu'on trouvoit a droite en fortant du parterre. Bibi s'y rendit la première. Peu de tems après, le prince de Felicie y arriva. Je fuis fachée, lui dir Bibi, que vous ayez fi. peu dormi, mais charmée pourtant de me trouver ici feule avec vous. Je crois bien, continua-1elle, que vous me faites la juftice de croire que vous n'avez point au monde de meilleure amie que moi, c'eft en cette qualité que je veux vous parler. Depuis long tems vous avez perdu cetre humeur vive & enjouée qui faifoit le plaifir de tous ceux qui vous voyoient, & dont vous vous trouviez bien vous même. Je ne vous demandé point de me dire la caufe dece changement; je vous demandé feulement que vous en conveniez, fi je vous Fat dit, je vous promets que fi vous en exigez le fecret, Titi même ne le faura pas de moi. Je n'ai point de fecrerpour vous, madame, répondit le prince, ni pour le roi mon cher maitre; je fais trop la confiance que je dois a vos bontés. Cependant permettez - moi de vous dire

Sluiten