Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. 317 chacune étoit amenée felon fon rang par le major & 1'aide-major de la bourgeoifie. Les capitaines les conduifoisnt depuis la porte de la cour jufques a celle-de la maifon, qu'on refermoitdès qu'une étoit entrée, & qu'on n'ouvroit jamais que 1'autre ne füt paiTée dans le jardin. Quand une femme étoit en marche pour venir au gouvernement, destambours, des fifres & des hautbois, placés en dehors, annoncoienr fon arrivée. Quand elle traverfoit la cour, des timba'.es & des trompettes rnarquoient fon entrée dans le fallon; & une boïte, a laquelle on mettoit le feu dans le jardin, y annoncoir fon pafFage. Tout fe fit avec beaucoup d'ordre.

La première qui parut, pour faire I'efFai du fabot, fut, ainfi que lerang 1'exigeoit, madame li gouvernante. Le colonel ik le lieutenant colonel qui la recurent a la première porte, crurenc devoir lui faire 1'honneur de Ia conduire jufques a celle du falon. Elle entra, & fit au roi une révérence de Ia meilleure grace du monde. Malgré tous ces apprêts , elle n'éroit pas süre encore que ce ne füt pas une comédie que le roi fe donnoir pour fe défennuyer. Le prince de Felicie & le prince de Frycore avoient contribué a lc faire croire, afin de donner aux femmes le courage de ne fe point trahir par leur réfiftance, ou par les foiblefles que la crainte du fabot auroit pu leur

Xiv

Sluiten