Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

334 • Histöire

vin & les propos du roi, du prince de Felicie &C des deux feigneurs qui faifoient de leur mieux pour feconder les incentions de fa majefté , les y engagèrent. Cependant avant que le vin eut trop échauffé les cetvelles , mais lors feulement qu'il eut ramené la gaieté , le roi crut qu'il étoit tems de faire faire aux maris des réflexions utiles. La vertu du fabot que vous avez vu, leur dit-il, ne fe botne pas a faire boiter les femmes , que.Ie. tempérament ou la tendfefte ont fait aller trop loin -, quand un homme y met le pied , s'il a promis ce qu'il n'a pas tenu , le pouvant temr , s'il n'a pas été fidéle a fon prince , a fon ami, a fa femme , a fa maïttefle ; s'il a abandonné ceux qui avoient de la confiance en lui, s'il a marqué une amitié qu'il ne fentoit point , & qu'il ait négligé ceux qu'il en avoit affiirés; s'il a féduit une femme pat des promefies trompeufes, ou par un amour qu'il exagéroit; enfin s'il n'a pas eu le courage de dire & de foutenir la vérité , ou qu'il ait eu au contraire la foiblefie de la trahit par le menfonge , en quelque cas que ce puifte être, ü boite , & même des deux cótés, fi on lui change le fabot de pied , & qu'il foit coupable de plus d'une des chofes que je viens de dire. Ainfi , meffieurs , continua le roi, fi vous le jugiez a propos, pour confoler les boireufes , nous pourrions les engager a demander que leurs

Sluiten