Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ïi u Prince Tïtï. ?j9

mcKflbluble qui obligenc les femmes i cette perfide; & qu'ainfi il feroit a fouhaiter que les loix <]ue le feu duc de Felicie a établies a I'égard du manage, fuflent auffi établies dans ce royaume Peut-ctre cela fe fera-t-il quelque jour, dit le roi. Nous les enregiftrerions de bon cceur, dit le fousdoyendes confeillers, qui avoit le cceur navré de ce que fa boflue étoit encore devenue boireufe En vetité , dit le prince d'Eerharr. neftce pPS" injufoce que d'aimer ce qui n'eft point aimable > & 1 exiger , n'eft-ce .pas prérendre 1'impoffible ? Lorfqu une femme hautaine , chagrine ou avare rend fa maifon défagréable i fon mari . fe croit-il coupable de fe faire ailleurs un attachemenr qui

1 en confole ? Point du tout. II en rejette Ia faute fur fa femme. Avouonsde de bonne foi, meffieurs les femmes n'ont que trop fouvent fujet de juftifier de même leur conduite. Ce n'eft pas que Ie xoi veuille déclarer innocentes celles qui manquent aux engagemens qu'elles ont pris' ou qui meme n'ont pas aflez de courage pour facriL une tendreffe de cceur aux égards qu'elles doivent a leur réputation , & au refpecF qu'elles doivent au nom de leur mari ; elles font coupables fans doute : mais ne doit-on pas excuL eursfoibIeflès?Ne dev^-nous pi Ieurn£ donner des fautes dont nous fommes toujours

Yij

Sluiten