Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. j4j

boiteufes , & que la réconciliation tut publique. Les maris y confentirent. Tout fe paffa fi bien, que celles qui n'avoient jamais aimé leurs maris, concurenr en ce moment-la pour eux plus , oti du moins amant d'amour qu'elles en euflent jamais fenti pout un amant ; & que celles qui les avoient aimés, fentirent la tendreffe fe renouveler dans leur cceur. II n'y eut que le gouverneur cV le lieutenant général qui au premier inftant firent une grimace Ü extraordinaire , que le roi & le prince de Felicie eurent beaucoup de peine a s'empêcher de rire.

Pour confirmer un oubli néce(Faire, & 1'entretenir en prolongeant la joie , le roi voulut que la journée finït par un bal. On fit paffer les hautbois dans le jardin, oü on ordonna des iüuminations. On envoya chercher les viobns pourle faion & les appartemens. Le peuple eut la permiffion dentrer partour. Le roi fe fit reporter dans fa chambre , ou les princes & ducs le fuivirent, & oü ils paflerent la nuit a s'entretenir du plaifir qu'ils auroient a raconter a Bititibi toutes les fingularités de cette journée.

On dormit le lendemain, pour fe dédommaget de la veille. II y a lieu de croire que fi en fcelJain la réconciliation, les maris n'eurent pas pour leurs femmes toute lardetir des amaus, les fem-

Sluiten