Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Princé Titi. 3 £3

Sc je crois que vous trouverez un jour cette loi très-fage; elle n'a pas été faite fans inrention j car les princes onr roujours 1'énigme de celles qu'ils fonr. Adieu, cher page.

La princelTe Blanchebrune devoir époufer le roi Forteferre ; mais ce roi qui ne difoir pas non , Sc qui recherchoir fa main avec 1'empreffement d'un jeune homme , avoit dans la tête des fantailies fi plaifantes ,-qu'il en devenoit injurieux aux dames. II n'étoit pas content d'avoir fait boiter prefque toutes les femmes d'Alburgeftadt, il vouloit faire encore une nouvelle épreuve ; une de celles , prétendoit-il, qui font néceflaires pour être sür qu'on fe convient ; car j'en ai tant vu , continuoit-il, qui faifoient de mauvais ménages, paree que l'un étoit froid Sc 1'autre chaud , que je ne voudrois pas de la princefle, fi elle n'étoit pas douée des qualités analogues aux miennes ; car il s'en faut bien que mon amour foit détaché des fens. C'eft par les fens que j'aime , c'eft par eux que je veux être aimé. II fit eet aveu tout haut. Jugez avec quels yeux les princefles le regardèrent. II n'en Fut point déconcerté; Sc il répétoit a demi vok des fens! Un peu , pas beaucoup. Avec cela jamais de querelle. Les princefles fcignoient de ne point 1'entendre ; mais enfin , Diamantine prit la parole. Que voulez-vous donc diret>rince ave -

Sluiten