Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

T> E E' Ê D I T E V R". xj

» j'ai vu fur lc fable les tracés d'un animal, & j'ai jugé aifément que c'étoient celles yi d'un petitchien;des fillons légers & longs «imprimés fur de petites éminences de M fable entre les tracés des pattes, m'ont » fait connoïtre que c'étoit une chienne 33 dont les mamelles étoient pendantcs , & » qu'ainfi elle avoit fait des petits il y a pcu 33 de jours. D'autres traces en fens différens m qui paroinoient toujours avoir rafé la ,3 furface du fable a cöté des pattes de dc» vant, m'ont appris qu elle avoit les oreilles •» très-longues,c5c: comme j'ai remarquéque 33 lc fable étoit toujours moins creufé par 33 une patte que par les trois autres, j'ai cora33 pris que la chienne de notrc auguftc reine 33 étoit un peu boitcufe.

33 A 1'égard du cheval du roi des rois , 33 vous faurez qu'en me promenant dans les 3, routes de ce bois , j'ai appercu la marqué 33 des fers d'un cheval; cllcs étoient a égale 33 diftance. Voila , ai-je dit, un cheval qui a 33 un galop parfait, &c. &C.33 On trouvera dans le conté le furplus des explications que donne Zadig, ce que 1'on vient de donner fuffit pour prouver que M. de Voltaire avoit lu 1'ouvragcde M. Gueulette, & qu'il en a fait ufage.

On peut Ure dans le volume des noticesun

Sluiten