Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

B&ÉTÖNNESÏ £

«ine conjonflure oü fa préfence étoit le plus bel ornement cle la fête „ & que fes domeftiques les plus affidés ignoraflerit les raifons de cette abfence ; cependant eomme on rte pouvoit en porter aucun jugement certain, ce contre-tems ayant fait différer le facrifice & les jeux, chacun fe retira chez foi,avec une extréme douleur dans 1'ame.

Les prirtcipaux de 1'état & les chevaliets dé difHnction^qui étoient perfonnellement attachés è ce monarque > fe faifant un mérite de décoü* Vfir ce qu'il pourroit être devenü* fe difper* sèrent pour aller le chercher, avec promefle dé revenir a un jour nommé s'ils n'en apprenoient aucune nouvelle. Ce tems écoulé, & tcusles chevaliers de retour, fans avoir tiré aucun fruit de leurs voyages, on ne douta point que le prince Engageant n'eut été privé de la vie par quelque accident très-étrartge; & 1'on réfolut fur ce trifte fondement de lui dreffer un céno* taphe magnïfique, pour marqué de 1'extrême regret que fon avoit de fa perte. Ses fujets, qui s'étoient tous fevêtus d'habits lugubres, pleuroient véritablement un fi bon prince , qui ne leur laiffoit point de poftérité , & declareren* tout haut que jufqu'è ce qu'üs euffent des nouvelles certaines de fa mort > ,ls ne reoonnoitroient aucun fouverain. Pendant cet intervalle,

A ij

Sluiten