Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

B R E f ONNES. $

du jour que par un foupirail inacceflïble. L'on appelle cette trifte prifon la tour de 1'exterminée, paree que c'eftla que la fée enferme ceux qu'elle veut faire périr.

Je fus furpris a mon réveil, qui arriva quelques heures après , de me trouver dans ce lieu affreux ; & ayant repris mes efprits, je jugeai bien que la fée Terrible n'avoit pas deffein de m'épargner. Ces triftes réflexionsm'occupoient entièrement , lorfqu'une foible lueur du jour qui baiffoit, me fit appercevoir dans le même cachot, un grand ferpent ou dragon ailé , qui paroiffant jetter fur moi des regards furieux , m'épouvanta horriblement. J'étois fans armes, & ne pouvant éviter la mort que je m'imaginois que ce monftre m'alloit donner a .tous momens, j'étois prêt, pour ne point languit- dans cette cruelle attente , de m'y offrir moi-niême, lorfque je vis une petite niche ou je pouvois me mettre a 1'abri du ferpent. Je m'y retirai promptement, & j'y paflai la nuit, dans des frayeurs mortelles.

Le lendemain matin , dès que le jour qui entroit par le foupirad m'eut fait voir plus ctairement cet épouvantable animal qui fecouoit fes aïles & fa queue dont il feifoit tremblcr la caverne , je jugeai qu'il s'apprêtoit a me fcirer du lieu qü j'étois, 6c ame dévorer;mais heureu-

A iv

Sluiten