Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ï* Les Soirees'

fauvé la vie, reprit cette aimable fille , vous venez de me rendre ma première forme; ainfi nos obligations font affez réciproques. Moi, lui dis-je, & comment ai-je été affez heureux pour contribuer a une chofe que j'aurois voulu acheter aux dépens de mes jours ? Vous allez 1'apprendre , pourfuivit-elle ; écoutez-moi feulement avec attention. Cette belle perfonne prit alors la parole, & commenca ainfi fon hiftoire.

H I S T O I R E

De la princejfe Adrejfe.

JE fuis fille du roi des pays Imaginaires, & de la reine des Idéés creufes. Mamère,après plufieurs fauffes couches , me mit au monde avec le fecours de la fée Legére, qui lui fervit de fage-femme. Elle me doua en naiffant de toutes les perfections du corps & de 1'efprit, & me nomma Adreffe, paree qu'effeüivement je devois être fort adroite. J'avois atteint déja lage de feize ans , lorfque ma beauté faifant du bruit dans le monde, le roi Habile me fit demander en mariage. On ne faifoit rien dans nos états , fans le confeil de la fée Legére. EHe ne nous quittoit prefque point; mais mal-

Sluiten