Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes. ij' heureufement dans le temsque les ambaffadeurs du roi Habite arrivèrent, elle étoit allee accorder un différend entre deux jeunes fées qui favoient choifie pour arbitre ; & comme on ne favoit oii apprendte de fes nouvelles, mon père de peur de manquer un parti qui lui paroiffoit très-avantageux , m'accorda fur le champ , & me fit partir quelques jours après , pour aller trouver mon époux. Quoique le roi Habile fut fort vieux , & quej'euffebeaucoup d'antipatbie pour cette union, je fus contrainte d'obéir en yicfime de la politique, & notre mariage fe conclut fous les aufpices de la répugnance & du dégout. Mais , quand 1'heure de fe coucher fut venue, & que je me trouvai fur le point de confommer le facrifice, je m'avifai tout d'un coup d'un expédient qui me fut fans dpute infpiré par la fée Legére. Je me pïéfentai devant le roi: fire , lui dis-je , puifqu'il a plu a votre majefté, par une faveur particuliere , de me choifir pour fon époufe ; je la fupplie de m'accorder une grace, pour le prix de ma virginité. Je fais que ce que je vais demander peut tirer a conféquence, mais je croirois n'être pas digne de la tendreffe d'un fi grand prince , fi, dans un jour auffi folemnel, je n'en recevois qu'unrefus.

Ce monarque qui m'aimoit ardemment, Sc qui ne^ s'attindojt pas k ce que j'allois lui pro^

Sluiten