Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes. 21 üans laquelle plufieurs miférables princesont péri, par le feul caprice de cette fée cruelle.

Le roi Habile , ainfi que je 1'ai appris de la fée Legére, contrefit fort Paffligé , quand on lui vint dire le lendemain qu'on ne me trouvoit pas dans mon appartement. II me fit chercher par tout fon royaume , & fit croire au roi mon père, qu'ayant eu de 1'averfion pour le marisge, j'avois apparemment trouvé le moyen de m'échapper.

Mais revenons & la bonne fée Legere , dont 1'abfence avoit été caufe de tous mes malheurs. Quand elle apprit a fon retour de quelle manière les chofes s'étoient paffées, elle fe douta qu'il y avoit quelque myftère la-deffous ; elle confulta fes livres , & ayant appris avec douleur que j'étois fous la puiffance de la fée Terrible , elle alla la trouver , pour en obtenir ma grace. Cette barbare fut inexorable; tout ce que je puis faire pour vous , ma chère foeur y lui dit-elle , c'eft que la princeffe , au lieu de finir fes jours dans la tour de 1'extermir.ée , comme je 1'avois réfolu, n'y reftera que trois ans & un mois, pourvu que pendant ce tems elle acquierre 1'amitié d'un prince qui , fans en être détourné par falaideur , foit prêt a mourir de regret de favoir perdue , après quoi elle recouvrera fa première forme, en mangeant

B üj

Sluiten