Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

B R E T O N N E Si 1$ La ville de Sobarre dépend de l'empereur 'des Songes, qui y fait fa réfidence , & qui fa nomme le prince Fantafque, k caufe de fon humeur bifarre qui efface une partie de fes bonnes qualités, II y a environ fix mois que , fur un léger foup^on qu'il auroit pu éclaircir s'il n'avoit point trop écouté fa colère, i! facrifia k fon reffentiment trois princes d'un mérite diffingué, & fit enfermer fa fille dans une prifon horrible , avec le deffein de 1'y faire périr cruellement; rriais les Dieux ont eu pitié de leur innocence.

Les apparences font quelquefois trompeufes J & les chofes ne nous paroiffent fouvent criminelles , que paree que nous les regardons avec des yeux préoccupés. L'empereur Fantafque ne voulut pas s'inftruire de la vérité que 1'un de ces princes s'efforcoit de lui faire connoitre, &£ les Dieux , pour le punir de cette préventioa cruelle, ont ordonné au menfonge de le punir par les endroits les plus fenfibles. Ce dieu chimérique, engendré de 1'illufion & de la malice y s'eft acquitté en peu de tems des ordres fupér jeurs qu'il a reeus.

L'empereur fe promenoit un matin, avec grand nombre de courtifans, fur le bord de Ia mer, au moment que le foleil commence a paroitre ? Iorfqu'on vit tout d'un coup s'élêver du

B iv

Sluiten