Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

*8 Lis Souéis furieux qu'on ne peut pas faire la manoeuvre; la mort inévitable fe préfente êe tous cötés; mais lorfque le prince & Adrefte croyoient toucher a leur dernière heure, la mer s'appaife enfin , & devient plus tranquille; le vent s'abat entièrement, les flots ne font prefque plus en mouvement, & un air doux & falutaire , qui fuccède au tems le plus affreux, fait prefque oublier le péril dans lequel on étoit un moment auparavant. Comme le vaiffeau avoit été trésmaltraité pendant douze heures qu'avoit duré ce terrible ouragan , on fut obligé de relacher vers 1'ifle la plus prochaine, pour le radouber; mais a peine le prince &la princeffe y avoientils mis pied a terre, qu'ils fe virent environnés d'une affreufe quantité de lions qui vinrent fe jetter fur eux. Engageant effrayé du danger ou fe trouvoit Adreffe , lui fit promptement un rempart de fon corps , & mettant le fabre a la main, réfolut de mourir k fes yeux, ou de la délivrer de ce péril. Malgré toute la bravo.. - de ce prince , ils alloient bientöt fer. vir de curwe a ces monftres furieux, fi un habitant de cette iüe ne fut accouru a leur fecours* D'abord que cet ho.nme parut, les lions épou«. vantés par fa feule préfence , ayant pris la fuite avec des ixglffemens épouvantables , fe retirèrent dans les bois. Ah ! généreux chevaliera

Sluiten