Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

|1 Ln SoirÜI

de nous unir avec les trois priHcelTes Chimêriques, nous montrames tant de répiignance $ que loin d'avoir pour ellés, & pour la reine leur mère , les moindres égards, nous ne leur témoignames jamais que de Faver-fion & du mépris. Cette conduite nous fit fouvent effuyer des réprimandes de nötre père qui , voyant enfin que nous avions atteint Vkge de dix-huit ans i 6t les princeffes celui de treize , réfolut de conclure, malgré nous , nos mariages avec elles»

Sans Cervelle m'avoit déja fait une déclaration dans toutes les formes, Sc loin de me cacher des fentimens que les autres filles ont tant de peine a avouer , & que la pudeur leur fait fouvent fe caeher a elles-mêmes , elle fit auprès' de moi toutes les avances néceffaires pour me perfuader qu'elle étoit extravagante au dernier degré.

Etourdie tourmentoit tous les jours mort frère Entendement; il n'y avoit ni fens ni fuitè a fes difcours importuns ; mais ils tendoient toujours a lui faire connoitre la paffion qu'elle avoit pour lui.

Et Caquette rompoit tellement les oreilles de Langue d'Or, par des médifances de toutes les dames de la cour , s'attribuant k elle feule la fageffe d'une Lucrèce, 6c la conduite d'une

Pénelope 3

Sluiten