Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes. 33 Fénelope, que mon frère fatigué de fes rïdieules entretiens, nous propofa un jour a Entendement & a moi, de nous éloigner d'une cour dans laquelle le roi s'oublioit fi fort, qu'il étoit 1'objet de la raillerie de fes voifins.

II ne nous appartient pas , lui dis-je , de cenfurer la conduite de notre.père ; ainfi, mon chez frère , n'en parions qu'avec refp^ót; mais évitons de tomber dans de pareils malheurs , en confentant a des alliances auffi difproportionnées , que celles qu'il veut faire de nous avec les filles de Chimère, Fuyons donc un malheureux pays oh l'on veut nous faire fervir d'opprobre j 6t fous des noms & des déguifemens empruntés, tachons , par notre feul mérite , d'arracher de la fortune ce qu'elle nous refufe dans notre propre terre^

Ce que j'avoi« propofé fut recu d'un commurt accord; nous nous munimes d'un vaiffeau, & nous nous abandonnames k notre deflinée. Nous ne cherchions qu'a nous éloigner; ainfi après avoir vogué pendant cinq mois le plus heureufement qu'il fe puiffe , nous abordames a 1'ifle de Sobarre. L'empereur Fantafque, prince des Songes, qui en fait fa capitale, nous y reeut comme d'illuftres voyageurs ; il nous fit tout 1'accueil poffible , & nous donna des marqués de diftin&ion par la manière familière Tornt XXXU. C

Sluiten