Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Les Soirees bien être lui qui fe préfentoit ainfi fous ma figure. Elle voyoit bien le corps aimé de fon roi, mais elle n'y appercevoit pas la même vivacité d'efprit. Les grands crimes font fuivis de remords cuifans , & portent toujours avec eux'leur fyndérèfe.Ce prétendu roi étoit morne, rêveur, & fort diftrait. Les courtifans attribuoient fa trifteffe a la perte de fon favori; mais la reine plus éclairée, & comme infpirée <par la nature , fentit une extréme averfion pour ce faux prince. Elle tacha pourtant de ne lui point faire connoitre fes fentimens, Sc ppufl'a même la diffimulation jufqu'a lui' faire quelques lcgères careffes. Fourbadin étoit charmé de fon bonheur; il goütoit par avance le fruit de fa trahifon , lorfque la reine feignant de fe trouver trés-mal, fe laiffa tomber comme rnorte ; il parut fort effrayé d'un accident fi inopiné , &c n'oublia rien pour la faire revenir de cet état. Vipérine ouvrjt enfin lesyeux , & les tournant tendrement vers ce traitre: Ah prince! lui dit-elle , que je fuis fenfible a ce que vous faites paroïtre pour moi ; voila la deuxième fois aujourd'hui que j'éprouve , a votre fujet, toute la douleur que l'on peut reftentir. Hélas! mon cher prince, je vous ai cru mort, & cette idéé fünefte m'occupe uniquement depuis mon réveil. Je m'étois jetté cet après-midi fur

Sluiten