Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes. 59

droit , dont j'ai renend 'dans 1'ame une fi grande douleur, que ie me luis réveillée dans le moment , toute épouvautée d'un préfage auffi finilire.

Fourbadin tacha en vain d'affurerla princeffe qu'il n'y avoit rien de plus trompeur qu'un fonge ; elle s'obftina a feindre d'y ajouter foi, & ce malheureux ne pouvant la détromper de fes fauffes préventions: eh bien, madame, hu dit-il , il faut donc vous convaincre d'erreur par vos propres yeux; faites apporter tel oifeau qu'il vous plaira , je vais vous faire voir que je pofféde encore mon fecret: mais fans aller fi loin,j'en vais faire 1'épreuvefur vctre perruche. En même tems il fe faifit de moi, & m'alloit tordre le col , lorfque la reine tranfportée de fureur , fe jetta a corps perdu fur lui, & m'arrachant demi-morte de fes mains fcélérates: Ah! feigneur, s'écria-t-elle, qu'allez vous faire? cet oifeau eft la chofe du monde que je chéris le plus, après votre augufte perfonne , &£ j'aimerois autant renoncer a ma curiofité , que de le perdre. On va vous préfenter une autre béte, Sc Fon apporta auffi-tot un oifon. La reine avoit choifi exprès cet animal , pa"ce qu'ayant le jugement très-tardif, 1'ame de Fourbadin feroit long-tems dans ce corps avant que de pouvoir ufer de fes propres fon&ions , & nous

Sluiten