Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

B R Ê T 5' N N E $i g$

fon rils, fortit de fa cbambre pour faire arrête? les princes Engageant, Bel Efprit, Entendement, &. les princeffes Vipérine &c Adreiie ; car c'étoit leur vaiffeau qui venoit d'aborder fur les terres de ce cruel monarque. Ma chere Bienfaifante,' s'écria Franchot, voyant que fon père fuivoitfes barbares intentions , veillez , je vous en con-, jure , k la füreté de ces cinq miférables que le roi va faire périr fans fujet. Loin de me procurer la fanté par ce fanglant facrifice, leur mort irritera les Dieux contre moi; je ne fuis pas en état de m'oppofer a la violence qu'on leur va faire. Agiffez, entreprenez tout pour détourner le roi d'une aftion fi horrible, & fi contraire au droit des gens. Bienfaifante courut oii le prince fouhaitoit, elletrouva qu'on conduifoit déja au fupplice ces malheureufes vitfimes, les mains liées derrière le dos. On les avoit furpris par de feintes careffes , fans cela, on n'en feroit pas venu k bout fi aifément. Elle admira leur conftance, &la beauté des deux princeffes qui les accompagnoient: elle fe jetta aux pieds de Brigandor, lui remontra de la part du prince ce qui pouvoit le détourner de cette fuperftitieufe idolatrie : & tout ce qu'elle en put obtenir, fut qu'on différa leur mort jufqu'au lendemain, pendant lequel tems on les enferma dans une forte tour. Le prince Franchot eu£

E iij

Sluiten