Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes: S7 Après une longue ftérilité de cette princeffe , nous eümes enfin de notre manage une fille plus belle que l'on ne dépeint la mère des amours, a qui par la fuite nous donnames le nom de Froideur, paree que jufqu'a 1'age de dixfept ans elle avoit paru toujours infenfible aux empreffemens des plus aimables princes du monde, mais fon heuren'étoit pas encore venue. Le fils du roi de 1'ifie des Flammes nommé Cceurbrülant, ayant ouï parler de la beauté de cette princeffe, s'échappa un jour de la cour de fon père, & vint dans la mienne comme un inconnu. II n'eut pas plutöt vu ma fille, que voulant tout devoir k fon propre mérite, & riem k fa naiffance, il s'efiörca de lui plaire par mille galanteries. II ne falloit pas moins qu'un prince tout de feu, pour embrafer le cceur de la princeffe. Cceurbrülant fut fi bien s'infinuer auprès d'elle , que lui faifant oüblier fon devoir, elle porta bien-töt des marqués de la foibleffe qu'elle avoit eue pour ce prince; je ne pouvois m'imaginer que 1'embonpoint de ma fille procédat d'une caufe pareille; je croyois trop connoitre fon caraftère, & encore plus fon tempérament^ pour avoir quelque chofe k craindre de ce cöté, & pour foupconner la vertu de la princeffe. Hélasi 1'amour fait payer avec ufure les mépris que l'on a eupour lui; c'eft une efpèce

F iv

Sluiten